« Gréviste » vs « usager »

Poujade bloqué dans les transports en commun

Lu : « dépose auprès de vous, conformément à la législation en vigueur, un préavis de grève […] du 4 au 9 septembre 2006 inclus. » On l’avait oublié mais tout n’est pas rose dans le meilleur des mondes. Certes les injustices prennent aussi du repos lors de la période estivale mais lorsque les mois de septembre, octobre approchent la contestation sort de sa léthargie juilletiste-aoûtienne. Le cortège va donc se remettre en branle : arrêts de travail devant, “prise d’otages” derrière. Oui, en effet, la grève est criminelle. Pourquoi les honnêtes gens devraient-ils subirent des désagréments alors qu’ils n’ont rien demandé ? Pourquoi ces innocents vont-ils devoir se plier au bon vouloir de ces “syndicalistes qui ne foutent rien” alors qu’eux sont des citoyens qui ne demandent seulement qu’à “pouvoir aller travailler” ? “Que fait le gouvernement !” “Tous des planqués.”

Non ce n’est pas un article de presse, ni le script d’un reportage de télévision, truffé de réactions d’usagers scandalisés, “exaspérés”. Cela pourrait car ces “grévistes se moquent vraiment du monde”. La grève est un non sens pour celui du bon sens (sur ce dernier, voir sur ce site : Cheveux longs ou « bon sens » ?) : « la grève est un scandale : c’est-à-dire non pas seulement une erreur, un désordre ou un délit, mais un crime moral, une action intolérable qui trouble à leurs yeux la Nature » [1]. Premier axiome de l’arithmétique de l’usager : Morale=Nature. Ce qui relève de la morale concerne donc aussi la nature. La grève est donc scandaleuse du point de vue moral – pourquoi, moi qui n’a rien à voir là dedans je suis lésé – mais elle l’est aussi et surtout d’un point de vue naturel : “Tu ne feras point grève”. Deux législations sont franchies : celle du droit moral et celle du droit naturel. Outrepasser la nature (puisque Morale=Nature) équivaut à pécher contre la logique, contre le bon sens qui est en adéquation avec le vu et l’être. Le drame réside bien ici : la grève touche aussi des éléments étrangers à l’action : la cause ne vient pas agir en elle-même, elle sort du domaine qui lui était attribué. La grève est contre-nature puisque, comme phénomène, ne retourne pas en elle : au lieu d’être un événement clos, elle développe une autre notion de la causalité. L’effet au lieu de retourner, dans un mouvement d’immanence, en sa cause, lui échappe et dépasse son schéma immanentiste pour toucher le domaine extra-causal. En contrariant la nature qui est immanentiste, la grève révèle son artificialité : elle ne peut pas être sinon le monde n’est pas ce qu’il est. Or il est ce qu’il est donc la grève est hors du champ de la nature.

L’artificialité de la grève est au principe de la distinction gréviste/usager. Ce ne sont pas des hommes, doués de bon sens, qui peuvent faire la grève, il faut que ce soit une autre race, une autre nature que celle de l’usager. L’usager est l’innocent, la mère de famille, le jeune cadre dynamique, le retraité : il est la population, le tout qui doit pâtir de ces hommes prométhéens s’en prenant à la Nature. Anormal/normal, gréviste/usager : retour au simple, ou comment retrouver une unité causale perdue. Par la grève, la nature est violée en son essence immanentiste même. La réduction du choc passe alors par la réduction de la dispersion des effets. Le gréviste ne vient pas briser l’ordre de la nature, il est tout simplement en train de professer une hérésie. Le gréviste n’est pas celui qui remet en cause la nature mais celui que la nature remet en cause : hors de la nature point de salut. L’extra-naturel se nommera “gréviste” et le naturel “usager” : retour de l’effet en sa cause. L’être de gréviste exclut de la nature or cette contre-nature forme par son existence le groupe de l’usager : nature, sortie de la nature, puis réaffirmation de la nature. La dichotomie gréviste/usager, en nommant le hors-nature (le gréviste), refonde de fait le groupe de la nature (l’usager). Retour du phénomène en lui même et réaffirmation de la nature par le phénomène.

Le monde gréviste/usager est un monde théâtral fondé sur une opposition patente. D’un côté le cocu, de l’autre l’amant ; d’un côté le maître, de l’autre le valet. Un théâtre qui doit être la réalité puisque sinon c’est la nature même qui est en jeu. La comédie doit dépasser le cadre de la scène afin que le monde puisse garder sa cohérence interne. « Ceci participe d’une technique générale de mystification qui consiste à formaliser autant qu’on peut le désordre social. » [2] Gréviste vs usager n’est donc qu’une forme de mystification parmi d’autres qu’il s’agit de débusquer derrière les paroles et les fausses évidences : « l’homme est total, (que) toutes ses fonctions sont solidaires les unes des autres, (que) les rôles d’usager, de contribuable ou de militaire sont des remparts bien trop minces pour s’opposer à la contagion des faits, et (que) dans la société tous sont concernés par tous. » [3] L’usager est-il si loin de cette conception ? En déclarant que la grève le gène, ne vient-il pas manifester cette solidarité (biologique : comme relation existant entre deux corps) de l’homme ? Mais ne la renie-t-il pas en se constituant comme usager ?


Notes :

[1] BARTHES, Roland, « L’usager de la grève », Mythologies, Seuil, Points Essais, p. 125

[2] BARTHES, « L’usager de la grève », Ibid. p. 127

[3] BARTHES, « L’usager de la grève », Ibid. p. 128

Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Philosophie, Politique, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s